Le kiosque: des diplômes universitaires français en vente au Maroc

0
20

Al Khabar:

 

– Daoudi: des diplômes universitaires français en vente au Maroc. Lors de l’examen du budget sectoriel de son département à la Chambre des représentants, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi a indiqué avoir reçu un appel téléphonique de son homologue français l’informant que des diplômes universitaires français sont vendus au Maroc, dont certains falsifiés, et sont délivrés par des établissements d’enseignement privés bien qu’ils ne soient pas habilités en la matière. 

 

– Rapport: 757 fonctionnaires fantômes chassés. Un rapport du ministère de la Fonction publique indique que 757 fonctionnaires fantômes ont été licenciés suite à l’application des dispositions de la circulaire du Chef du gouvernement relative aux fonctionnaires fantômes. 

 

– Un précédent: les exportations de l’industrie automobile dépassent celles du textile. Selon un rapport de l’institut d’analyse du marché automobile, les exportations de l’industrie automobile ont dépassé celles du secteur du textile en 2013. Les exportations automobiles se sont chiffrées à 21 milliards de DH tandis que celles du textile n’ont pas dépassé les 19,5 milliards de DH durant les neuf premiers mois de l’année précédente.

 

Akhbar Al Yaoum Al Maghribia:

 

– Baha: Le projet de loi sur le harcèlement sexuel répond aux attentes des organisations internationales. A l’issue des travaux du dernier conseil du gouvernement, le ministre d’Etat Abdellah Baha a déclaré que la philosophie du projet de loi sur le harcèlement sexuel a répondu aux attentes des organisations internationales, mais elle a omis les spécificités de la société marocaine, qui ne peut admettre certains points contenus dans ce texte, dont le vol entre les mariés et les peines aggravées qui pourraient déstabiliser la famille.

 

– Rapport de la Caisse de compensation: des milliards remis aux sociétés. La Caisse de compensation a mis au point un rapport dans lequel elle a jeté la lumière sur des défaillances de fonctionnement. Le rapport indique que les subventions qui devaient être destinées à la consommation sont comptées en réalité sur la base des quantités acquises par les sociétés, pas sur la base des quantités consommées par le citoyen. Le rapport fait remarquer que le soutien est accordé effectivement à des politiques d’achat, au sujet desquelles l’Etat ne peut prendre des décisions.

READ  Championnat d'Afrique de tir aux plateaux : Coup d'envoi à Salé de la 10è édition

 

– Les prix du pain en hausse à partir de la semaine prochaine. La Fédération nationale de la boulangerie-pâtisserie du Maroc a dévoilé sa décision d’augmenter les prix du pain, entre 10 et 30 centimes l’unité, à partir de la semaine prochaine. Selon la Fédération, cette décision a été prise en raison de la hausse des prix de la farine panifiable et de l’atermoiement du gouvernement dans la mise en œuvre du contrat-programme conclu avec les professionnels.

 

– Cartes bancaires: Les Marocains ont effectué 171 millions d’opérations et retiré 146 milliards de dirhams en 2013. Selon le Centre monétique interbancaire, la conjoncture économique difficile n’a pas empêché les Marocains à relever leurs dépenses durant les neuf premiers mois de l’année en cours, faisant remarquer qu’ils ont effectué 171 millions d’opérations et retiré 146 milliards de dirhams, en hausse de 10% par rapport à l’année précédente.

 

Annahar Al Maghribia:

 

– Safir: Une recette américaine pour sauver Casablanca. Khalid Safir, wali du Grand Casablanca, a souligné, lundi lors d’une rencontre avec la presse, la nécessité de coordonner les efforts entre toutes les parties prenantes pour apporter des changements majeures à la ville de Casablanca sur la base de huit étapes. Safir a tiré cette démarche de l’Américain John Kotter, qui a décrit dans un livre les 8 étapes à mettre en place pour transformer les grandes métropoles.

 

Al Massae:

 

– Projet de loi de Finances 2014: L’opposition conteste sa constitutionnalité. Des sources fiables indiquent que l’opposition au sein de la Chambre des conseillers s’apprête à porter un recours devant le Conseil constitutionnel contre certaines dispositions du projet de loi de Finances 2014 qui seraient inconstitutionnelles.

READ  Parlement : ouverture de la session de printemps

 

– Soutien des entreprises: Elalamy affiche sa disposition à affronter “le patronat”. Le ministre du Commerce, de l’industrie, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid El Alamy a annoncé sa disposition à faire face aux répercussions de la décision du gouvernement au sujet du soutien des entreprises et des sociétés privées, affirmant l’impossibilité de soutenir toutes les entreprises, mais uniquement celles qui contribuent à la réalisation des objectifs de l’économie nationale.

 

Al Ahdath Al Maghribia:

 

– Le Conseil constitutionnel se déclare incompétent pour statuer sur la requête présentée par l’opposition en ce qui concerne la constitutionnalité du gouvernement. Le Conseil s’est déclaré incompétent au sujet du recours déposé par les groupes de l’opposition à la Chambre des conseillers au sujet de l’inconstitutionnalité du gouvernement Benkirane II qui devrait, d’après eux, être investi par le parlement.

 

– Le Maroc dispose de preuves établissant l’implication de l’Algérie dans le financement de rapports portant atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume. Dossiers, rapports et chiffres relatifs à des fonds et dons octroyés sous couvert d’associations des droits de l’Homme et de lobbies actifs algériens dans le but de réaliser des rapports contrefaits mettent à nu les pratiques des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume. Des sources indiquent qu’Alger utilise les recettes du pétrole et du gaz dans le but de financer des campagnes, d’acheter des voix et des positions d’organisations internationales hostiles au Maroc et d’établir des rapports mensongers sur les droits de l’Homme dans les provinces du sud du Maroc. 

 

Assabah:

 

– Le spectre de la scission plane sur le PJD. Des sources du conseil national du parti du parti de la lampe ont fait état d’une crise d’ordre organisationnel au sein du parti après la multiplication des voix appelant à trancher sur les positions politiques de l’actuelle direction du parti, dans un allusion au Secrétaire général du parti et Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane qui persiste, dans le cadre de la gestion du gouvernement, à cumuler les décisions qui dévient des principes du PJD. Ces sources n’écartent pas l’éventualité du départ du PJD des membres opposés aux concessions faites par Benkirane, et ce, dans le but de créer un nouveau parti qui préservera les principes authentiques de la référence islamique.

READ  Les Marocains établis en Ontario bénéficient des prestations du "Consulat mobile"

 

– Le Secrétaire général de l’UC accusé de faux. Les membres du comité administratif de l’UC ont accusé le Secrétaire général du parti, Mohamed Abied d’avoir falsifié les rapports du dernier congrès extraordinaire en présentant une copie du statut qui différé de la copie approuvée par les congressistes. Lors d’une réunion, tenue samedi, ces membres ont indiqué que M. Abied a supprimé des paragraphes du statut pour contrecarrer le renouvellement des élites au sein du parti et empêcher la représentation des jeunes et des femmes au sein du bureau politique.

 

L’Economiste:

 

– Projet de budget 2014: Les amendements phares de la majorité. Après un intermède de quelques jours, la commission des Finances et du développement économique de la Chambre des représentants reprend aujourd’hui. Au menu, l’examen et le vote du projet de budget 2014, particulièrement les amendements apportés par les groupes parlementaires de la majorité comme ceux de l’opposition.

 

– Hausse des prix du lait: La concurrence se prononce. Le Conseil de la concurrence vient de rendre son avis au sujet de la hausse des prix du lait. Dans la liste des griefs, il soulève notamment “les dysfonctionnements” que traîne la filière laitière, dont les “barrières à la concurrence en amont”. Tout en évoquant l’existence des “indices concordants de pratiques anticoncurrentielles”, le Conseil se montre prudent. Des indices qui “ne sauraient constituer des preuves irréfutables de position dominante ou d’une enquête sur les prix”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here