L’abolition de la peine de mort s’invite au parlement

0
27

Au cours de ce colloque de deux jours, initié par le Réseau des parlementaires marocains contre la peine de mort, les participants ont souligné la nécessité, pour le Maroc, de procéder à l’abolition de cette peine, en harmonie avec les dispositions de la nouvelle constitution et les recommandations de l’Instance équité et réconciliation et du Conseil national des droits de l’Homme, ainsi qu’en droite ligne du choix stratégique irréversible du Royaume en faveur de la promotion des droits humains.

Ils ont ainsi émis des recommandations rejetant la substitution de la peine de mort, au cas où elle est supprimée, par la réclusion à perpétuité, proposant en lieu et place une détention allant jusqu’à 15 ans.

READ  Un forum d'affaires Espagne-Maroc jeudi à Madrid

Après avoir appelé à la cessation des condamnations à la peine capitale et à l’amélioration des conditions de détention des condamnés à mort au Maroc, ils ont insisté sur l’impératif de garantir les ressources humaines nécessaires au bon fonctionnement du système judiciaire et de dispenser des formations aux magistrats sur le pluralisme linguistique et l’ouverture culturelle.

Il convient, ont-ils dit, de faire le lien entre l’abolition totale de la peine capitale et la réforme globale de l’arsenal juridique marocain (code pénal, code de procédure pénale, code de justice militaire), estimant nécessaire que le Maroc “vote en faveur de la résolution de l’assemblée générale de l’ONU appelant à un moratoire sur la peine de mort, en vue de son abolition”.

READ  Sebbar: Des cas de torture ne sont pas traités conformément à la loi

Les travaux de ce colloque ont gravité autour de trois séances, à savoir “l’abolition de la peine de mort: une nécessité de grande actualité”, “la réforme pénale et la peine de mort: parcours vers l’annulation” et “le rôle des parlementaires dans l’abolition de la peine capitale”.

Fondé le 26 février dernier, le Réseau des parlementaires marocains contre la peine de mort, qui comprend 210 députés, s’active pour mobiliser le soutien nécessaire à l’abolition définitive de la peine de mort sur les plans national, régional et international.

READ  Le tourisme en baisse à Agadir au mois de juin

Cette structure oeuvre ainsi à officialiser le moratoire sur les exécutions appliqué par le Maroc, à mettre en oeuvre les dispositions constitutionnelles relatives à la protection du droit à la vie et l’interdiction de la torture et de toutes les formes de traitements cruels et à réformer la législation pénale marocaine sur la base d’une politique pénale et répressive à caractère humain et éducatif.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here